Messe du Dimanche et Fêtes

  Dimanche 29 octobre 30ème dimanche 10 h 30 messe à GRABELS    

Lire la suite

Dates des prochaines rencontres Catéchuménat

Prochaines rencontres Pour l'instant tous les catéchumènes ont reçu les sacrements préparés.

Lire la suite

Le mot du nouveau curé

Le mot du nouveau curé Article dans Midi Libre

Lire la suite

La rentrée du KT

Catéchisme et éveil à la Foi Septembre 2017

Lire la suite

Agenda d'octobre 2017

Bulletin d\'octobre 2017

Lire la suite

   

Menu utilisateur  

   

Connexion  

   

Pour commencer, il faut savoir qu'il n'existe pas de prière type. Dieu n'est pas quelqu'un qui écoute certaines prières et d'autres non. La Bible nous révèle Dieu comme un Père, et appelle ceux qui placent leur confiance en lui "ses enfants" (1 Jean 3:1)

Prier, c'est s'adresser à Dieu, s'adresser à un père qui désire écouter ses enfants. C'est lui faire part de nos besoins, de nos soucis, mais aussi de notre reconnaissance. Certains Psaumes nous encouragent à prier et témoignent de l'efficacité de la prière:

« Quand un malheureux crie, l’Éternel entend, et il le sauve de toutes ses détresses. » (Psaume 34:7)

« J'aime l’Éternel, car il entend ma voix, mes supplications; car il a penché son oreille vers moi; et je l'invoquerai toute ma vie. » (Psaume 116:1-2)

Il n'y a pas de "recette miracle" pour avoir une prière plus efficace qu'une autre.

Bien sur il y a «le Notre Père» La prière que Jésus nous a apprise.

Il y a aussi le «Je vous salue Marie»

N'oublions pas les Psaumes qui peuvent nous aider à prier dans toutes les circonstances.

Que dire dans la prière ?

Prier c'est rencontrer Dieu alors disons lui ce qui nous tient à cœur : nos joies, nos soucis. Disons lui aussi que nous nous préoccupons de ses affaires, de ses enfants sans oublier de lui dire merci pour tout le bien qui existe….

Est-ce que Dieu exauce mes prières ?

Oui mais pas toujours comme je le veux. Il ne m'accordera pas de réussir si je ne fais rien pour, il me fera comprendre que pour cela je dois retrousser les manches. Jésus nous dit : « Demander et vous recevrez...Frapper et l'on vous ouvrira »

Pourquoi dire le chapelet ?

Guillaume de Menthière, prêtre du diocèse de Paris, professeur de théologie aux Bernardins, auteur de Marie de Nazareth (Mame), répond aux questions de Sophie de Villeneuve, rédactrice en chef de Croire. Publié le 21 août 2014.

Sophie de Villeneuve : A quoi sert la prière répétitive du chapelet ? Et d'abord, de quand date-t-elle ?

G. de M. : On dit qu'elle a été communiquée par la Vierge elle-même à saint Dominique, donc ver le XIIe siècle. Elle se met en place petit à petit et se fixe au XVIe siècle.

 

Mais les paroles du Je vous salue Marie sont bien tirées de l'Evangile ?

G. de M. : Le Je vous salue Marie, c'est autre chose que le chapelet. Le chapelet tel qu'on le récite encore aujourd'hui est fixé avec saint Pie V, au XVIe siècle.

 

C'est donc ancien ?

G. de M. : Oui, et c'est aussi très recommandé par le magistère. C'est presque une obsession pontificale depuis le XVIe siècle. Il n'y a pas un pape qui n'ait recommandé, et avec force, la prière du rosaire, comme un moyen très bénéfique pour les chrétiens de s'associer aux mystères du Christ.

 

Il y a une différence entre chapelet et rosaire ?

G. de M. : Oui, le chapelet est une partie du rosaire, le rosaire étant la totalité des mystères à méditer, mystères joyeux, lumineux, douloureux, glorieux. Le chapelet ne médite qu'une série de mystères.

 

Et pourquoi les papes se sont-ils autant pris d'affection pour cette prière ?

G. de M. : C'est très étonnant. Savez-vous que Léon XIII, le grand pape de la doctrine sociale de l'Eglise, a écrit pas moins de onze encycliques sur le rosaire ? Sans compter les lettres et les décrets où il insiste pour que le peuple de Dieu reprenne le chapelet en main. Pie XII faisait un usage très courant du chapelet, il recommandait cette prière qu'il appelait « le bréviaire de l'Evangile ». Jean XXIII a consacré sa première encyclique au chapelet. La première audience générale de Paul VI, le lendemain de son élection, est consacrée au chapelet. Ne parlons même pas de Jean-Paul II !

 

Et le pape François ?

G. de M. : Il en parle aussi beaucoup. Il dit que la prière est un combat, et que ce qui peut nous aider dans ce combat, c'est l'arme du rosaire. Il y a dans la prière du rosaire un exercice d'endurance et de persévérance qui nous rend forts, contre notre ennemi à tous qui est le diable lui-même. Car le combat dont il est question, c'est le combat spirituel.

 

Pourtant c'est une prière répétitive, sur laquelle on peut s'endormir, non ?

G. de M. :Justement, c'est en cela qu'elle porte du fruit. Jean-Paul II, dans son document Rosarium Virginis Mariae, une lettre apostolique qui date de 2002, souligne que c'est une prière très adaptée à la nature humaine, parce que nous avons besoin de répétition. Il dit très justement que de nos jours on va chercher dans des techniques de méditation orientales, dans le bouddhisme, dans l'hindouisme, des techniques très avancées qui jouent toujours elles aussi sur le modèle de la répétition, de la mémoire, de l'invocation, qui est très adapté à la nature humaine.

 

Qu'est-ce qu'on peut recommander à ceux qui n'ont jamais pu réciter un chapelet ou un rosaire ?

G. de M. : On peut leur conseiller d'abord de lire cette lettre de Jean-Paul II, qui explique très bien ce que c'est. Il commence par dire que la prière du chapelet est une prière christologique, c'est-à-dire qu'elle a pour but de nous faire méditer les mystères du Christ et de nous faire entrer en communion avec ces mystères. Pie XII disait ces mots magnifiques : « Le chapelet, c'est le sacrifice du soir », la messe étant le sacrifice du matin, car à l'époque on disait la messe le matin. Certes, le rosaire n'est pas à mettre sur le même plan que l'eucharistie.

 

Combien de temps dure un rosaire ?

G. de M. : On dit un chapelet en vingt minutes environ, il faut donc compter une heure et demi environ pour un rosaire.

 

Donc il faut se lancer, le pratiquer, et si l'on s'endort au milieu, ce n'est pas grave ?

G. de M. : Ce n'est jamais grave. Thérèse de Lisieux a confessé qu'elle a toujours eu beaucoup de mal, tout au long de sa vie de religieuse, avec le chapelet, et elle disait que durant son oraison, deux heures par jour au Carmel, elle dormait la plupart du temps. Et elle en plaisantait, en disant : « Je ne m'en soucie pas, car je pense que les parents aiment autant leurs petits enfants quand ils dorment dans leurs bras que quand ils bredouillent à leurs côtés. » Il faut la simplicité et l'humilité d'une petite Thérèse pour pouvoir dire des choses comme ça ! Cela dit, le chapelet n'est pas un anesthésiant, je n'irai pas jusqu'à dire qu'il est recommandé de dormir au milieu. Le chapelet est fait pour porter sur le Christ le regard plein d'amour et de tendresse de la Vierge Marie. C'est à l'école de Marie que l'on entre le mieux dans le mystère du Christ.

 

Le chapelet n'est pas exclusif d'autres formes de prière ?

G. de M. : Bien sûr que non. C'est une forme de prière très approuvée par l'Eglise, et qui a fait ses preuves.

 

Quelles sont ces preuves ? Quels fruits porte-t-elle ? Résister à la tentation du mal, dites-vous, et puis ?

G. de M. : Le bienheureux Bartolo Longo (1841-1926), un grand apôtre du rosaire, a bâti la ville nouvelle de Pompéi à la force du chapelet. Le chapelet était la prière préférée de Jean-Paul II, et il est devenu le symbole de son pontificat. On sait les fruits qu'il a portés dans sa vie. On pourrait multiplier les exemples des apôtres du rosaire, comme Maximilien Kolbe également. Le rosaire leur a permis d'avoir constamment à l'esprit les mystères du Christ. Moi qui vis à Paris, j'ai bien des occasions d'agacement, dans le métro, dans la bousculade, en attendant dans une administration... Il n'y a prendre son chapelet !

Vous l'avez sur vous, en ce moment ?

G. de M. : Bien sûr. Plutôt que de s'énerver, il vaut mieux prendre son chapelet, penser à Jésus présenté au Temple, contempler Marie, Joseph, les colombes, en répétant à Marie les mots qui sont pour l'essentiel issus de l'Ecriture.

On peut rajouter des prières personnelles, des intentions ?

G. de M. : J'aime me référer à Jean-Paul II qui invite à la sobriété. Le Notre Père ouvre la récitation des dix Je vous salue Marie, pendant lesquels on médite un mystère de la foi, et l'on termine par un Gloria. Beaucoup rajoutent de petites prières personnelles, et je n'y vois aucun inconvénient dans la prière privée, mais je crois que dans la prière publique il faut s'en tenir à beaucoup de simplicité, même si le pape dit qu'on peut ajouter ce qu'il appelle des « clausules », pour mieux entrer dans le mystère, comme par exemple quand on médite la résurrection du Christ, on peut dire « Et Jésus, le fruit de tes entrailles, qui est ressuscité d'entre les morts, est béni »

Chemin de croix

Le Chemin de croix rappelle celui parcouru par Jésus portant sa croix dans les heures qui ont précédé sa mort. Dans chaque église, un ensemble de quatorze tableaux est appelé "chemin de croix". Chaque année, pendant la Semaine sainte, en s’arrêtant devant chacun d’eux, les chrétiens se remémorent les derniers moments de la vie de Jésus.

LES QUATRE ACTES FORME TRADITIONNELLE FORME RÉCENTE
ACTE DE FOI Mon Dieu, je crois fermement toutes les vérités
que tu as révélées et que tu nous enseignes
par ton Église,
parce que tu ne peux ni te tromper, ni nous tromper.

Je crois en toi, Seigneur.
Tu es un seul Dieu,
mais tu t'es révélé Père, Fils et Saint-Esprit.
Par le baptême,
tu m'as fait participer à ta vie.
Fortifie ma foi
et donne-moi d'agir en toute chose
comme ton Fils Jésus Christ.

ACTE D'ESPÉRANCE Mon Dieu, j'espère avec une ferme confiance
que tu me donneras,
par les mérites de Jésus Christ,
ta grâce en ce monde et,
si j'observe tes commandements,
le bonheur éternel dans l'autre,
parce que tu l'as promis
et que tu tiens toujours tes promesses.

J'espère en toi, Seigneur.
À ceux qui t'aiment tu as promis la vraie vie.
Dans les difficultés de l'existence
et à l'heure de la mort,
affermis ma confiance
en celui qui nous donne une vie nouvelle
par sa victoire sur la mort,
ton Fils Jésus Christ.

ACTE DE CHARITÉ Mon Dieu, je t'aime de tout mon coeur
et par-dessus toute chose,
parce que tu es infiniment bon
et infiniment aimable,
et j'aime mon prochain comme moi-même
pour l'amour de toi.

Je t'aime Seigneur,
parce que tu m'as aimé le premier.
Que ton Esprit augmente en moi la charité
me fasse aimer tous les hommes
comme celui qui les aima jusqu'au bout,
ton Fils Jésus Christ.


ACTE DE CONTRITION
Mon Dieu, j'ai un très grand regret
de t'avoir offensé,
parce que tu es infiniment bon,
infiniment aimable,
et que le péché te déplaît.
Je prends la ferme résolution,
avec le secours de ta sainte grâce,
de ne plus t'offenser et de faire pénitence.

Mon Dieu, j'ai péché
contre toi et mes frères,
mais près de toi se trouve le pardon.
Accueille mon repentir
et donne-moi la force de vivre
selon ton amour.
   
© http://www.paroisse-saint-julien-de-la-mosson.fr/ Téléphone paroisse: 04 67 75 49 07 Mail:julien.basilisse@gmail.com